WEEK-END A PRAPIC/ORCIERES les 26 et 27 juin 2010

Samedi 26 juin : Le saut du Laire – 500 m de dénivelé – 4 heures de marche Nous avions rendez-vous au parking à l’entrée de Prapic à 10h et détail remarquable, tout le monde était à l’heure. Nous traversons le village avec ses nombreuses fontaines abreuvoirs pour nous retrouver  à la porte du « Parc des Ecrins ». Un oratoire, nous empruntons le large chemin à gauche qui se transforme en sentier pavé de lauzes jusqu’à la chapelle de la Saulce. Encore une montée, qui bien que plus accentuée, mais toujours sans difficulté nous permet d’atteindre le « saut du Laire » que nous traversons grâce à un vertigineux pont de bois, sous les sifflets moqueurs des marmottes.        Une petite halte à une nouvelle fontaine et nous poursuivons notre ascension à travers le « pré Brune » jusqu’à ce que la faim nous suggère une pose déjeuner, comme toujours bien arrosée. 

Nous continuons ensuite à niveau, avec une superbe vue sur la vallée du Drac Noir et le chemin que nous avons emprunté dans la matinée. La chapelle semble minuscule vue d’ici ! Au pied du « Serre de Jean Raymond » nous entamons la descente en lacets pour enfin traverser à nouveau le Drac Noir sur un pont de bois. Petite trempette des pieds dans l’eau glacée, nous remontons jusqu’à l’oratoire croisé ce matin et nous rejoignions Prapic, où nous attend une bonne bière au génépi à l’auberge Prapicoise. Il est alors temps de rejoindre le gîte de la base de loisirs d’Orcières. Après une bonne douche,  dans la salle de bain et à l’extérieur du gîte, un bon repas avec des « oreilles d’ânes », Bernard prend sa guitare pour notre plus grand plaisir.

quelques photos:

 p6260003.jpg p62600041.jpg p6260007.jpg p6260010.jpg

p6260013.jpg p6260021.jpg p6260041.jpg p6260090.jpg

p6260080.jpg 

Dimanche 27 juin : Le tour des lacs d’Orcières – 800 m de dénivelé (négatif) – 3h30 de marche Le programme semble plus léger aujourd’hui. Nous montons à la station de Merlette en voiture. Cependant, l’escalator qui devait nous mener au départ du « télémix » ne fonctionne pas encore et nous devons escalader 158 marches. Avec le « télémix » qui s’avère être un télésiège, nous nous envolons vers le chalet de « Roche Rousse », puis un autre télésiège pour atteindre le sommet Drouvet, sous le regard curieux des marmottes. A l’arrivée, surprise, il y a encore de la neige et ce n’est qu’un début. En effet, si le dénivelé est insignifiant, nous devons traverser avec plus ou moins de facilité des coulées de neige jusqu’à l’arrivée au « Grand lac des Estaris », où nous pouvons enfin planter les bouteilles de rosé dans la neige et nous restaurer.
 

La descente, bien qu’éprouvante, nous réserve un festival de beautés grâce aux différents lacs que nous rencontrons : lac « Profond » partiellement recouvert de neige, lacs « Jumeaux » qui portent bien leur nom, et le lac « des sirènes » qui nous a enchanté. Nous retrouvons le chalet de « Roche Rousse » et après quelques hésitations nous empruntons le large chemin qui descend vers le chalet Joubert puis le « Forest des Estaris » avec un petit passage en désescalade. Si la vue sur Merlette avec ses immeubles immondes nous déprime un peu, une bonne nouvelle nous attend à la station : Alain qui avait perdu son portable, le retrouve sur le bitume à côté de la voiture ! Une nouvelle halte sur le retour au « Petit Ours » charmant bistrot de pays et nous devons nous séparer avec plein de belles images dans la tête et dans les appareils photos.

Quelques photos:

p6270005.jpg p6270020.jpg p6270024.jpg p6270084.jpg

p6270092.jpg p6270088.jpg

Laisser un commentaire




AS Lycée Robert Garnier |
La Foulée du Pinot |
Association de Défense des ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Orne Sénégazelle
| thommas
| P . P . B